Mis à jour : Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise

Le protocole sanitaire national est mis à jour.

Une nouvelle version du protocole a été publiée vendredi 29 janvier, avec un renforcement des mesures sanitaires : port du masque, distanciation, télétravail…

Les principaux changements :

  • En l’absence de port du masque, la distanciation entre deux personnes est portée à deux mètres en extérieur,  en atelier, et à l’occasion d’une prise de douche sans port du masque.
  • Dans les lieux de restauration collective, la distanciation est aussi portée à 2 mètres.
  • Concernant le télétravail, les règles restent inchangées. Aération des locaux : il est recommandé d’aérer quelques minutes toutes les heures (au lieu de 15 min toutes les 3 heures) et d’effectuer une vérification régulière du système de ventilation.
  • Seuls les masques « grand public filtration supérieure à 90% » sont désormais admis correspondants aux masques chirurgicaux ou les masques en tissu dit de « catégorie 1 », correspondant aux normes en vigueur. Dans les véhicules, les personnes à risque de forme grave de Covid-19 portent des masques de type chirurgical.

Retrouvez l’intégralité du protocole sanitaire ici : Voir le protocole national

Reconfinement : la CPME s’alarme de ce coup de massue pour l’économie !

Hier soir, le président de la République a décrété un nouveau confinement en France. Depuis plusieurs semaines, la CPME alerte le gouvernement sur les risques d’un second arrêt brutal de l’économie : certaines entreprises, surtout les plus petites, ne s’en relèveront pas.

Invité dans la matinale de RTL, François Asselin a réagi ce matin aux annonces d’Emmanuel Macron et a instamment demandé à ce que face aux conséquences dévastatrices pour les commerçants, les indépendants et les entrepreneurs, le gouvernement mette en place un arsenal renforcé de mesures de soutien en trois volets :
> Régler la question des loyers grâce à la mise en place d’un crédit d’impôt,
> Elargir les scénarii de sortie et de remboursement du Prêt garanti par l’Etat (PGE) avec une prorogation d’un an,
> Mettre en place un prêt de consolidation pour permettre aux chefs d’entreprise de faire face au mur de la dette.

Le président de la CPME a demandé avec force à ce que ces mesures soient activées immédiatement et soient facilement accessibles aux TPE-PME pour limiter la casse et les drames humains : “Il ne faudrait pas que l’énergie du désespoir, avec laquelle se battent les chefs d’entreprise bascule dans la colère” a-t-il prévenu.

Enquête CPME : les dirigeants de TPE-PME l’affirment, l’impact de la crise est déjà là !

La CPME a mené une enquête auprès de 1950 entrepreneurs, en septembre. Le résultat est sans appel : la moitié d’entre eux (53%) ont vu leur chiffre d’affaires baisser cet été et 47% estiment que la pérennité de leur entreprise est menacée avant la fin de l’année !

Cette enquête a permis de mesurer la situation économique des entreprises dans la période récente, et de cerner leurs prévisions jusqu’à la fin de l’année.

Les enseignements, en 4 chiffres clés :
> 34% des dirigeants interrogés déplorent une dégradation de leur trésorerie en juillet-août
> 58% d’entre eux anticipent une diminution de leur chiffre d’affaires dans les 6 mois à venir
> 1 employeur sur 5 (21%) prévoit de diminuer ses effectifs d’ici la fin de l’année, cette proportion montant à 49% dans le secteur de l’hôtellerie-restauration
> 57% ont bénéficié d’un report de charges fiscales et sociales et 54% du prêt garanti par l’Etat (PGE), s’endettant ainsi massivement, ce qui présente un danger pour leur pérennité.

Retrouvez les résultats complets ici : https://lnkd.in/dr-2nmk

Zoom sur le protocole national pour la santé et la sécurité des salariés face à l’épidémie

Le protocole national pour la santé et la sécurité des salariés face à l’épidémie de Covid-19 a été publié 31 août.

Depuis le 1er sept, le port du masque en entreprise, dans des lieux clos, est la règle. La CPME vous informe sur les 7 points à retenir :
> Désignation d’un référent COVID-19
> Le télétravail est recommandé.
> Les masques doivent être fournis par l’employeur.
> En fonction de votre zone géographique des adaptations sont à prévoir.
> Atelier, open space, bureau individuel : des adaptations au port du masque sont possibles lorsque la règle des 4m2 est respectée.
> Nettoyage et la désinfection des espaces de travail doivent être régulièrement effectués.
> L’employeur n’est pas tenu d’organiser des tests de dépistage pour ses salariés.
La CPME a été entendue sur plusieurs de ses demandes comme : le maintien de dérogations dans certaines activités comme les HCR et la possibilité donnée aux travailleurs d’être plusieurs dans un véhicule utilitaire.

Les entreprises disposent d’un délai de mise en œuvre de ces mesures mais les modalités de contrôle ne sont pas précisées.


Lire le protocole national  https://lnkd.in/dk7YynX

Rappel d’application du protocole national de déconfinement en entreprise

La CPME rappelle la nécessité d’appliquer le protocole national de déconfinement en entreprise.

Ce protocole a pour objectif d’éviter la propagation de la COVID-19 en milieu professionnel. La CPME rappelle aux entreprises, quelle que soit leur taille, que ces mesures doivent impérativement être appliquées. Il faut absolument garantir la sécurité des salariés, des fournisseurs et des clients des entreprises.

Par contre, imposer le port du masque de manière systématique et en toutes circonstances dans toutes les entreprises semblerait à l’heure actuelle excessif.

Alors que les pouvoirs publics peinent à empêcher les rassemblements de masse, exiger d’un salarié seul dans un bureau qu’il porte un masque serait difficilement applicable.

De plus, il serait étrange de laisser aux préfets l’appréciation des mesures à adopter dans l’espace public, et en même temps de généraliser une telle obligation à toutes les entreprises sans distinction du contexte épidémiologique.

La relance de l’économie passe avant tout par la confiance des acteurs économiques. Pour cela la pandémie doit être maîtrisée mais il faut également que les entreprises puissent retrouver un niveau d’activité assurant leur continuité et leur développement.