France Relance : la CPME sera vigilante sur l’exécution du plan de relance présenté aujourd’hui par le Premier ministre.

Construit autour de trois leviers, avec un budget de 100 milliards d’euros, le plan de relance du gouvernement Castex, présenté jeudi 3 septembre, a pour objectif de soutenir et relancer l’économie et l’investissement en :
– Atténuant au maximum les effets de la récession pour les entreprises et les salariés
– Combattant et réduisant l’impact de la crise sur notre pacte économique et social
– Accélérant la transformation économique de la France

Principales mesures

« La priorité absolue de ce plan est l’emploi des jeunes » a rappelé le Premier ministre. La CPME s’engagera pour soutenir l’emploi des jeunes qui incarnent l’avenir de nos entreprises.

Favoriser l’écologie, renforcer la compétitivité des entreprises et la cohésion du pays après la crise du Covid-19 sont les autres axes soulignés par le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire.

Plusieurs mesures concernent directement les TPE-PME et font écho aux demandes de la CPME :

  • Baisse des impôts de production basée sur une diminution de la fiscalité locale et de la CVAE en particulier
  • Renforcement des fonds propres des TPE-PME via des prêts participatifs
  • Soutien à la relocalisation des projets industriels dans les territoires
  • Numérisation des TPE, PME et ETI
  • Développement de la formation professionnelle

La CPME est globalement satisfaite des moyens débloqués, en particulier la baisse pérenne des impôts de production qui vise à améliorer la compétitivité des entreprises. Mais François Asselin de rappeler « Ce dont ont besoin les entreprises c’est de confiance, d’activité, de compétitivité, d’efficacité et de simplicité. Au final, le succès du plan de relance tiendra beaucoup à sa bonne exécution, et il sera nécessaire d’être vigilant sur le fléchage effectif des aides aux petites et moyennes entreprises (PME), qui représentent 50% de l’emploi salarié et plus de 90% des entreprises »

 

Source : cpme.fr

Zoom sur le protocole national pour la santé et la sécurité des salariés face à l’épidémie

Le protocole national pour la santé et la sécurité des salariés face à l’épidémie de Covid-19 a été publié 31 août.

Depuis le 1er sept, le port du masque en entreprise, dans des lieux clos, est la règle. La CPME vous informe sur les 7 points à retenir :
> Désignation d’un référent COVID-19
> Le télétravail est recommandé.
> Les masques doivent être fournis par l’employeur.
> En fonction de votre zone géographique des adaptations sont à prévoir.
> Atelier, open space, bureau individuel : des adaptations au port du masque sont possibles lorsque la règle des 4m2 est respectée.
> Nettoyage et la désinfection des espaces de travail doivent être régulièrement effectués.
> L’employeur n’est pas tenu d’organiser des tests de dépistage pour ses salariés.
La CPME a été entendue sur plusieurs de ses demandes comme : le maintien de dérogations dans certaines activités comme les HCR et la possibilité donnée aux travailleurs d’être plusieurs dans un véhicule utilitaire.

Les entreprises disposent d’un délai de mise en œuvre de ces mesures mais les modalités de contrôle ne sont pas précisées.


Lire le protocole national  https://lnkd.in/dk7YynX

Les actions de la CPME nationale en 2019

Quels ont été les combats et les actions de la CPME en 2019 ? Comment la confédération s’est-elle mise en ordre de marche pendant la crise du coronavirus pour accompagner les entrepreneurs ?

Retour sur une année riche en mobilisation avec nos deux rapports d’activité.

> Rapport d’activité : décryptage d’une année de mobilisation
https://lnkd.in/dd37upk

> Rapport Développement durable : la dynamique responsable des PME
https://lnkd.in/dsZSFEF

Bonne lecture !

Rappel d’application du protocole national de déconfinement en entreprise

La CPME rappelle la nécessité d’appliquer le protocole national de déconfinement en entreprise.

Ce protocole a pour objectif d’éviter la propagation de la COVID-19 en milieu professionnel. La CPME rappelle aux entreprises, quelle que soit leur taille, que ces mesures doivent impérativement être appliquées. Il faut absolument garantir la sécurité des salariés, des fournisseurs et des clients des entreprises.

Par contre, imposer le port du masque de manière systématique et en toutes circonstances dans toutes les entreprises semblerait à l’heure actuelle excessif.

Alors que les pouvoirs publics peinent à empêcher les rassemblements de masse, exiger d’un salarié seul dans un bureau qu’il porte un masque serait difficilement applicable.

De plus, il serait étrange de laisser aux préfets l’appréciation des mesures à adopter dans l’espace public, et en même temps de généraliser une telle obligation à toutes les entreprises sans distinction du contexte épidémiologique.

La relance de l’économie passe avant tout par la confiance des acteurs économiques. Pour cela la pandémie doit être maîtrisée mais il faut également que les entreprises puissent retrouver un niveau d’activité assurant leur continuité et leur développement.

Quelle est l’opinion des entrepreneurs sur le télétravail ?

A la faveur de la période de confinement, plus de la moitié des dirigeants de TPE-PME (53%) ont mis en place le télétravail. C’est l’un des enseignements de l’enquête que la CPME a réalisé du 1er au 12 juillet 2020.

Alors qu’on connaît bien la perception du télétravail par les salariés, l’objectif était de prendre le pouls des entrepreneurs sur cette question d’une ampleur inédite en raison de la crise du Covid-19.

Premier enseignement, dans 39% des entreprises les salariés réclament davantage de télétravail tandis qu’ils sont exactement autant (39%) côté employeurs à souhaiter étendre le télétravail dans leur PME. Il est également à souligner que pour un entrepreneur sur cinq (20%) dans ce cas de figure, télétravail rime avec réduction des surfaces de bureaux ou des locaux professionnels.

L’enquête met également à jour une perception plus positive pour les entrepreneurs qui utilisaient déjà le télétravail par rapport à ceux qui l’ont mis en place pour la première fois lors du confinement. Ces derniers en ont davantage perçu les limites. 86% d’entre eux estiment que le télétravail est « un frein à la cohésion des équipes et risque d’isoler des salariés ».

Enfin et d’une manière plus générale, 68% des entrepreneurs interrogés pensent que « le télétravail crée une fracture dangereuse entre cols blancs et cols bleus ».

Télécharger l’enquête CPME

Article écrit par la CPME nationale.

CORONAVIRUS