Les Soirées de l’Échange by CPME 25 Mardi 27 avril 2021 de 18h à 19h

“Comment appréhender les risques psycho-sociaux dans votre entreprise.”

Maître Hervé Bouquard, avocat associé et expert en droit des affaires du cabinet Fidal interviendra sur le thème des RPS : responsabilité des employeurs, politique de prévention, qualité de vie au travail. Quels enjeux et quels leviers pour agir ?
Faites-nous part de vos expériences professionnelles.

TEMIS – Entrée TEMIS CENTER 1
17 F Rue Alain Savary à Besançon – Salle AGORA

Limité à 15 personnes.
Inscription obligatoire : ici
Soirée proposée en présentiel et en visioconférence.
Dans le strict respect des mesures sanitaires.

Reconfinement : la CPME en ordre de bataille pour les TPE-PME.

“Nous entrepreneurs, nous sommes habitués comme tous les Français, mais nous ne sommes pas résignés et on va continuer à se battre parce qu’on n’a pas le choix. » a déclaré F. Asselin jeudi sur RTL.

Alors que le président de la République a annoncé que les restrictions sanitaires vont être étendues à l’ensemble de la métropole, et que les écoles vont être fermées pour 4 semaines, la CPME a déploré les conséquences pour de très nombreuses entreprises et commerces. Elle a également pointé la désorganisation induite au sein des TPE-PME par la fermeture des écoles, qui contraindra les parents au chômage partiel.

La CPME réclame donc le maintien des mesures de compensation financière et le rétablissement de l’activité partielle sans reste à charge pour les entreprises concernées, quel que soit leur secteur d’activité.

François Asselin a plaidé pour que des dispositifs spécifiques soient pris en faveur des indépendants car il faut traiter l’endettement personnel des entrepreneurs pour que la catastrophe économique ne soit pas une catastrophe humaine.

La CPME a cependant salué la perspective de réouverture à la mi-mai donnée aux secteurs fermés de la culture et des HCR qui donne de l’espoir aux professionnels.

Les Vendredis de l’Échange by CPME 25 – Vendredi 16 avril 2021 de 12h à 14h

Isabelle QUINQUE et Marie PHILIPPE, Société AESIO
expertes de la protection sociale
ouvriront les échanges sur le thème de
la protection sociale du chef d’entreprise :
êtes-vous bien protégé ?

TEMIS – Entrée TEMIS CENTER 1
17 F Rue Alain Savary à Besançon
Salle AGORA
Dans le strict respect des mesures sanitaires

Limité à 10 personnes
26 € par personne *
Inscription obligatoire ici

*Téléphonez pour avoir toutes les informations
Sylvie LAROCHE : 06 58 90 04 88

Pour faire barrage à l’épidémie, le gouvernement envisage une nouvelle paperasse !

Depuis plus d’un an, les entreprises ont mis en place le télétravail. Les partenaires sociaux ont conclu un accord national interprofessionnel pour en cadrer l’usage. Mais aujourd’hui, la lassitude prévaut et il devient de plus en plus difficile aux employeurs de l’imposer. Il convient donc d’inciter, d’encourager et de motiver les employeurs et les salariés en rappelant que le télétravail contribue à limiter le risque de propagation de la Covid-19.

C’est le moment choisi par le gouvernement pour menacer et imposer de nouvelles obligations administratives. Le projet de nouveau « Protocole pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de Covid-19 » prévoit d’imposer à toutes les entreprises, sans distinction de taille, un plan d’action pour réduire au maximum le temps de présence sur site, tenant compte des activités télétravaillables au sein de l’entreprise, à présenter à l’inspection du travail en cas de contrôle.

Nul doute qu’une paperasse de plus sera un barrage efficace contre l’épidémie. Les chefs d’entreprise apprécieront qu’à défaut de leur proposer une date de vaccination, on leur impose une nouvelle obligation !

Les commerçants, principales victimes du reconfinement d’une partie de la France !

Le reconfinement de 16 départements est une mauvaise nouvelle qui va à nouveau pénaliser les commerces considérés comme non essentiels et perturber la grande distribution qui va devoir trier entre les marchandises autorisées et les autres.

Les commerçants, déjà fragilisés par l’année écoulée, sont encore montrés du doigt alors qu’ils ont été astreints à des protocoles sanitaires stricts. La CPME veillera à ce que le gouvernement mette en place des mesures de soutien, notamment pour les TPE-PME (dépréciation des stocks, prise en charge réelle des loyers…).

Un délai de prévenance serait également utile pour permettre aux entreprises concernées de connaître les nouvelles règles applicables. Des chefs d’entreprise doivent appliquer des règles qu’ils ne connaissent pas ! Et ce, sous peine de sanctions…

Il est maintenant impératif de donner des perspectives claires aux Français. Le gouvernement demande de nouveaux efforts, il doit de son côté s’engager à respecter le rythme annoncé de la campagne de vaccination. La CPME réclame donc des dates précises de réouverture pour redonner de l’espoir !

LES VENDREDIS DE L’ÉCHANGE BY CPME 25 VENDREDI 19 MARS DE 12H À 14H.

Monsieur Philippe Lautré du Cabinet BLEIGER-RHEIN-POUPON
ouvrira les échanges sur le thème de la propriété intellectuelle
et répondra à vos questions sur les moyens de protéger l’innovation sous toutes ses formes.

Limité à 10 personnes. 26 € par personne*.
Inscription obligatoire : https://lnkd.in/dMgnkZd

*Téléphonez-nous pour avoir toutes les informations.
Sylvie LAROCHE : 06 58 90 04 88.

Télétravail : accompagnement gratuit des TPE et PME.

L’offre « Objectif Télétravail » a été créée pour aider les TPE et PME à mettre en place ou maintenir le télétravail en coordination avec l’Anact (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) et le ministère du Travail.

Objectif Télétravail apporte des conseils et un accompagnement au chef d’entreprise pour organiser le télétravail de ses équipes. Quelles activités peuvent être réalisées en télétravail ? Comment organiser le travail à distance dans de bonnes conditions en période de crise sanitaire ? etc.

Entièrement gratuite, cette plateforme permet à toute entreprise de moins de 250 salariés de bénéficier de conseils pour mettre en place efficacement le télétravail.

Pour être contacté par un expert, renseignez le formulaire de contact : https://lnkd.in/dbCQ2hN

Site Objectif Télétravail : https://lnkd.in/emXtcZW

Projet de loi Climat : contraindre plutôt qu’accompagner est une erreur !

La protection de l’environnement, la réduction des gaz à effet de serre et la décarbonation de notre économie sont des enjeux majeurs. Il est logique que les TPE-PME poursuivent leur engagement dans des démarches de transformation de leur mode de fonctionnement et de production. Pour autant, les pouvoirs publics doivent prendre en compte leur réalité économique.

Le projet de loi Climat est loin d’être exempt de tout reproche en la matière. Nombre des mesures prévues sont aussi vertueuses que coûteuses, voire inapplicables dans les TPE/PME (généralisation de la consigne du verre, obligation de vente en vrac…).

Par ailleurs, ce texte, au travers d’une hausse de la fiscalité du transport routier de marchandises, méconnaît la grande fragilité économique de ce secteur qui a besoin qu’on l’accompagne dans sa transition énergétique mais sans affaiblir sa compétitivité.

Enfin, Le délit d’écocide est en totale contradiction avec la volonté affichée de réindustrialiser la France et d’accroître son attractivité. Contraindre plutôt qu’accompagner et inciter est aux antipodes des démarches de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) que promeut la CPME depuis de nombreuses années.

Face à la crise, la CPME propose des mesures concrètes pour protéger les indépendants !

Les 3 millions d’indépendants en France sont les moins bien protégés et ils sont pourtant en première ligne face à la crise. La CPME a donc proposé le 28 janvier 11 mesures d’urgence pour les dirigeants indépendants en difficulté, et leur entreprise.

En dialogue étroit avec l’exécutif qui planche actuellement sur un dispositif, la CPME s’est exprimée dans les médias sur ses propositions. Pour une protection efficace, elle propose d’agir à 4 niveaux :
> Lorsque les entrepreneurs sont contraints d’envisager une cessation d’activité : les accompagner tout au long de la procédure, en s’assurant qu’il n’existe pas d’alternative viable au dépôt de bilan.
> Lorsque le poids de la dette accumulée depuis le début de la crise risque de les faire plonger, nous préconisons des mesures pour réduire leur endettement.
> Lorsque la liquidation de l’entreprise est prononcée, agir pour éviter les faillites en cascades d’autres PME qui seraient entraînées dans leur chute et ne pas laisser tomber l’entrepreneur dans la misère.
> Pour qu’au désastre économique on n’ajoute pas un désastre humain, il faut accompagner psychologiquement celles et ceux dont la vie bascule.

Reconfinement : la CPME s’inquiète et réclame de l’anticipation !

Si en temps ordinaire, les soldes sont une période importante pour les commerçants, cette année pour nombre d’entre eux, ils sont vitaux. Les interrompre brutalement empêcherait l’écoulement des stocks et la reconstitution de trésorerie.
De plus, refaire à nouveau une distinction entre ceux qui sont considérés comme “essentiels” et les autres, serait particulièrement mal vécu par ces indépendants qui ne ménagent pas leur peine pour continuer à maintenir leur activité.

Il faut également souligner que, selon une enquête de la CPME, 49% des dirigeants estiment que leur entreprise n’est pas prête à supporter un troisième confinement.

Si celui-ci était malgré tout inévitable aux yeux du gouvernement, il conviendrait, cette fois-ci, d’anticiper pour que les entreprises puissent s’y préparer. De surcroît, il serait indispensable de renforcer les dispositifs de soutien et d’indemnisation des entreprises, alors que près de 100 000 d’entre elles estiment déjà ne pas être en mesure de rembourser le prêt garanti par l’Etat (PGE).

#CPME25 #defendonnosentreprises