Élections Chambres de Métiers et de l’Artisanat

Artisans, jusqu’au 14 octobre, votez pour vos représentants en chambres de métiers et de l’artisanat.

François Asselin vous explique pourquoi la CPME et les principales fédérations de l’artisanat soutiennent la liste Fiers d’être Artisans, menée par des artisans en activité issus de tous les métiers de l’artisanat, dans tous les territoires.

 

Les bienfaits du sport en entreprise

Prévention des troubles musculosquelettiques (TMS), diminution des arrêts de travail, baisse du stress pour le salarié, renforcement de l’esprit d’équipe et amélioration du climat social, hausse de la productivité et meilleure attention : les avantages de la pratique du sport en entreprise ne sont plus à démontrer !

Quels types de sports mettre en place ?

Selon vos locaux et vos moyens, deux possibilités s’offrent à vous :

  • Cours collectifs avec un intervenant extérieur
  • Activités en extérieur (comme la course ou la marche à pied)

Pour les entreprises de plus de 50 salariés, le CSE (Comité social et économique) dispose d’un budget dédié aux activités sociales et culturelles. Cette enveloppe peut être utilisée pour financer les activités sportives organisées par les représentants du personnel, distribuer des coupons sport aux salariés, financer l’inscription à des manifestations sportives en tant qu’entreprise (compétitions, courses, séjours sportifs) …

A savoir : si le sport se pratique dans les locaux de votre entreprise, pensez à prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité et la santé de vos équipes.

Le sport pratiqué en entreprise offre plusieurs avantages :

  •  Pour le salarié, il peut pratiquer du sport directement sur son lieu de travail : c’est idéal pour ceux qui n’ont pas le temps le soir et le week-end.
  • En tant que dirigeant, le bien-être des salariés influe de manière positive sur leur productivité et leur motivation, il seront moins souvent malades et absents, une équation gagnant – gagnant !
  • Enfin, la pratique sportive peut améliorer votre image employeur : c’est un atout pour les équipes en place, et un moyen supplémentaire d’attirer de nouveaux collaborateurs.

A vos marques, prêts, partez…pour le sport en entreprise !

Résultats de l’enquête de conjoncture CPME* : la reprise est là mais elle reste fragile !

Les dirigeants de PME sont près de 2 sur 3 à considérer que la situation globale de leur entreprise s’est améliorée (32%) ou est restée identique (29%) au premier semestre 2021.

Quant au second semestre 2021, si le plus grand nombre (41%) anticipe une situation globale identique à celle du premier semestre, ils sont encore un sur trois (34%) à craindre une dégradation.

Il convient cependant de souligner, et c’est un point positif, que près de 2 entrepreneurs sur 3 (62%) considèrent que leur situation financière est identique (40%) ou meilleure (22%) depuis le début de la crise sanitaire.

Enfin, il est à noter que 8 chefs d’entreprises sur 10 (81%) envisagent un retour sur site de leurs salariés, près d’un sur trois (29%) pensant néanmoins maintenir du télétravail.

Tout n’est pas rose pour autant. Sur le plan financier, 18% des dirigeants interrogés estiment aujourd’hui ne pas avoir la trésorerie suffisante pour rembourser les échéances sociales et fiscales reportées.

Par ailleurs, des freins à la reprise existent. La hausse du prix des matières premières impacte 2 entreprises sur 3 (64%) dont la moitié (54%) déclare, pour l’instant, ne pas répercuter cette augmentation sur ses prix de vente.

Plus préoccupant encore, 1 entreprise sur t3 (33%) éprouve des difficultés pour s’approvisionner en matières premières, 21% devant même renoncer à des marchés.

Enfin, 44% des dirigeants font face à des difficultés de recrutement, 57% déclarant même avoir dû renoncer à des marchés ou à des projets.

La CPME continuera à être force de propositions pour surmonter ces difficultés.

Voir les résultats complets

#CPME25 #CPMEduDoubs #defendonsnosentreprises
* Enquête réalisée du 18 au 31 août 2021 auprès de 1153 dirigeants de TPE-PME

Actualité sociale des PME : les propositions de la CPME au Premier ministre.

Actualité sociale des PME : les propositions de la CPME au Premier ministre. François Asselin, président de la CPME a rencontré le Premier ministre ainsi que la ministre du Travail, à Matignon.L’objectif ? Faire le point sur l’actualité des PME et présenter des solutions pour les entrepreneurs. Difficultés de recrutement, dispositifs de soutien aux entreprises et pass sanitaire, ont nourri ces échanges. La CPME a également affirmé ses positions sur les grandes réformes sociales.

> Pénurie de main d’œuvre. Pour la CPME, l’une des clés pour résoudre les difficultés de recrutement est la formation professionnelle des demandeurs d’emploi. Il faut repenser le dispositif de formation professionnelle, en partant du besoin des entreprises en matière de recrutement et de compétences recherchées.

> Seconde proposition de la CPME : exonérer de charges patronales les heures supplémentaires pour donner du pouvoir d’achat aux salariés en aidant les entreprises face à leurs besoins de main d’œuvre.

> Réformes des retraites et de l’assurance-chômage François Asselin estime qu’une mesure d’âge est nécessaire : « cela reste le moyen le moins douloureux pour équilibrer le régime. Et avec une règle d’or : pas d’endettement ! ». #CPME25 #cpmedudoubs #defendonsnosentreprises #defendonsnosemploispouvoir

 

#CPME25 #cpmedudoubs #defendonsnosentreprises #defendonsnosemploispouvoir

Pouvoir d’achat : la CPME propose d’exonérer de charges patronales les heures supplémentaires

Avant tout, il est utile de rappeler que le pouvoir d’achat des salariés a progressé en France en 2020, alors même qu’une grande partie de l’économie fonctionnait au ralenti.

Aujourd’hui de nombreuses entreprises sont fragilisées et un grand nombre d’entre elles vont devoir rembourser les prêts (PGE) et reports de charges sociales et fiscales consentis par l’État. De plus, certains secteurs souffrent d’une baisse d’activité.

Dans ce contexte, l’augmentation de salaires doit rester de la responsabilité de chaque entreprise dans le cadre des négociations menées par les branches professionnelles. Il est clair que les entreprises qui le peuvent cherchent à améliorer leur attractivité, à récompenser et fidéliser leurs salariés, tout en attirant des compétences extérieures. Il est donc probable que la pénurie de compétences se traduise par une augmentation des salaires.

Pour autant, cela ne suffira pas forcément pour faire face à la pénurie de compétences qui ne s’explique pas simplement par des facteurs conjoncturels mais également par des raisons structurelles. Pour concilier à la fois le besoin de main d’œuvre des entreprises et la volonté de voir progresser le pouvoir d’achat, la CPME propose de réactiver la suppression des charges patronales sur les heures supplémentaires.

Le président de la CPME portera cette proposition lors de sa rencontre avec le Premier ministre, le ministre de l’Economie et des Finances et la ministre du Travail.

Exposition universelle 2021 : partez à Dubaï avec la CPME du 28 octobre au 2 novembre 2021.

Premier grand rendez-vous mondial depuis la pandémie, 25 millions de visiteurs sont attendus à l’Exposition universelle de Dubaï qui débute le 1er octobre 2021.

Le thème de cette édition est : « Connecter les esprits, Construire le futur ». Divisé en 3 quartiers : mobilité, opportunité et durabilité, le site de l’Expo 2021 Dubaï compte plus de 190 pavillons. Dans la zone dédiée à la mobilité, le pavillon France témoignera de l’excellence et du savoir-faire national.

La CPME organise un déplacement interprofessionnel du 28 octobre au 2 novembre 2021, pendant la quinzaine thématique française consacrée à « Penser les villes et les territoires durables de demain en promouvant une infrastructure résiliente ».

Objectifs :
> Découvrir l’Exposition universelle dans une délégation 100% PME
> Partager avec des entreprises les clés de leur succès aux Emirats arabes unis, deuxième économie du Golfe après l’Arabie Saoudite
> Appréhender le marché de l’émirat de Dubaï
> Mesurer les opportunités business offertes par l’un des sept émirats
> Enclencher/intensifier son développement international, pour ceux qui le souhaitent.

Inscription & programme sur cpme25.fr

La CPME pointe les risques liés à la suspension des salariés dépourvus de pass sanitaire

À la suite du vote de la loi instituant le pass sanitaire le 25 juillet, en lieu et place du licenciement initialement envisagé, les parlementaires ont voté la suspension du salarié dans l’incapacité de présenter un pass sanitaire (dans les professions où il sera obligatoire).

Cette disposition présente des risques tant pour le salarié, que pour l’employeur. À l’insécurité économique engendrée pour le salarié qui ne pourra pas percevoir d’indemnités chômage, cela ajoute une insécurité juridique pour l’employeur, qui ne pourra ni faire travailler le salarié suspendu, ni le remplacer : c’est un véritable « no man’s land administratif » que dénonce par la CPME.

Même si le texte prévoit une réaffectation du salarié à un poste où le pass sanitaire ne serait pas exigé, dans la pratique la plupart des TPE-PME ne sont pas dotées d’effectifs suffisamment nombreux pour que ce soit applicable.

« Mettez-vous à la place d’un restaurateur, quelqu’un qui est en salle qui n’est pas vacciné, peut-il le mettre en cuisine ? Ce ne sont pas les mêmes compétences » a mis en garde François Asselin. En plus du vide organisationnel que l’employeur aura à gérer, cela créera des tensions dans des petites entreprises déjà lourdement éprouvées par la crise, comme l’hôtellerie – restauration.

Lettre de la CPME 25

Retrouvez la newsletter de la CPME 25 de juillet en ligne sur https://www.lettrecpme25.fr/

Pass sanitaire : la CPME mobilisée pour les chefs d’entreprise impactés !

La semaine écoulée a été marquée par les informations sur la mise en application du pass sanitaire. Au fil des différentes annonces, la CPME a donné de la voix pour défendre les chefs d’entreprise tant par rapport aux sanctions excessives envisagées dans un premier temps, que par rapport à la complexité et au flou de la mise en œuvre.

Le point sur les évolutions du dispositif et la situation actuelle.

Premier combat enclenché il y a 8 jours : la CPME s’est insurgée contre les sanctions totalement disproportionnées, à l’encontre des chefs d’entreprise n’ayant pas mis en place un contrôle du pass sanitaire : il s’agissait initialement de 45 000 € d’amende et d’un an d’emprisonnement ! Le 19 juillet, la Confédération a lancé une pétition pour s’y opposer. Elle a été entendue. Dans la soirée, le Conseil d’Etat et le gouvernement ont ramené l’amende à 1500 € par personne physique pour la première infraction constatée.

Deuxième requête de la CPME : obtenir une période de rodage pour remplacer la sanction par l’accompagnement des chefs d’entreprise, ce que le gouvernement a acté par la suite.

Cependant, alors que les parlementaires sont en train de voter la loi relative au pass sanitaire, de nombreuses difficultés ne sont toujours pas levées. Première d’entre elles, les chefs d’entreprise s’inquiètent de la conduite à adopter face aux refus et aux conflits qui risquent d’éclater tant avec leurs clients que leurs salariés.

Le Premier ministre a indiqué hier que les entrepreneurs n’auraient pas à contrôler les cartes d’identité des clients, ce qui était bienvenu, même si ça ne résoudra pas tout.

Autre difficulté, le périmètre des activités concernées n’est pas précisé. En outre, les conséquences économiques de la mise en place du pass sanitaire seront conséquentes, en particulier au regard des délais impartis. Il est donc nécessaire de connaître rapidement les mesures de compensation financière que le gouvernement a indiqué vouloir remettre en place.

Quant aux centres commerciaux de plus de 20 000 m2 et aux galeries marchandes, la définition précise des « bassins de vie » à l’échelle desquels se posera la question de l’accès libre aux biens de première nécessité, n’est pas tranchée.

La Confédération reste plus que jamais mobilisée.

La Programmation du GROS événement du 09/09/21 !

ENTREPRENEURS, participez à un événement inédit le jeudi 9.9.21 à partir de 16h30 aux Forges de Fraisans :

– « La Réussite à la Franc-Comtoise » échanges et témoignages d’entrepreneurs régionaux emblématiques.
– Village Partenaires, dégustations gourmandes et restauration « Cuisines du monde », dans une ambiance conviviale et originale.

Notre CONFÉRENCIER de renom, et d’autres surprises, vous seront bientôt dévoilés !

Inscrivez-vous vite pour participer à cette soirée incroyable : “Je réserve ma place”
(Frais d’inscription : 50 € – GRATUIT pour les adhérents CPME25.)

Vous voulez exposer dans notre Village Partenaires ? Contactez-nous sur tresorier@cpme25.fr

Retrouvez toutes les informations importantes concernant le Gros Évènement by CPME 25 sur notre page Linkedin !